Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Depuis plusieurs décennies, les populations guinéennes (et même les étrangers) n’ont jamais cessé de se morfondre sur le vulgaire paradoxe Guinéen. À savoir, « sol et sous-sol extrêmement riches; mais populations extrêmement pauvres ». En effet, non seulement l’écrasante majorité des populations ne mange pas à sa faim; mais de plus, elle n’a accès ni à la santé, ni à l’éducation, ni au logement, ni même à l’eau potable et à l’électricité. Le peu d’employés que compte le pays vivotent avec une profonde précarité et des salaires misérables. Des générations de jeunes sont sacrifiées par faute d’une éducation de qualité et d’un manque d’emplois adéquats (le chômage frappe dans toutes les familles). Pourtant, d’année en année, l’exploitation des richesses du sol et du sous-sol du pays ne cesse de s’accélérer au point que la Guinée est même devenue le plus grand exportateur de bauxite au monde. C’est cela le vulgaire paradoxe Guinéen.

Mais en réalité, ce paradoxe n’est pas un mystère car sa principale cause est connue de tout le monde : c’est la corruption extrême des élites dirigeantes de la Guinée. Selon le classement de l’organisme Transparency International, depuis 2002 la Guinée figure parmi les pays les plus corrompus en Afrique. Ce sont plusieurs milliards de dollars qui s’évaporent chaque année dans les circuits de la corruption en Guinée. L’enrichissement illicite, les marchés de gré-à-gré, et l’accaparement des biens de l’État font légions dans la gouvernance du pays. À un moment donné, le pays était sur le point de basculer vers un narco-État. Des acteurs au plus haut sommet de l’État sont trempés jusqu’au coup dans des trafics criminels et de blanchiment. Ce paradoxe Guinéen est donc tout sauf un mystère.

Cependant, comme le dit ci-bien ce Proverbe Chinois : « Le jour éloigné existe, mais le jour qui ne viendra pas n’existe pas ». Ainsi, depuis le 5 septembre 2021, le CNRD, avec à sa tête le Colonel Mamadi Doumbouya, a fait de la moralisation de la vie publique son cheval de bataille. Des audits sont diligentés dans tous les secteurs de la gestion publique. Et voilà que le pauvre Guinéen découvre des affaires rocambolesques : des fonctionnaires fictifs payés à des centaines de milliards de GNF par mois, alors que le salaire moyen du fonctionnaire est à peine de 6 millions de GNF; des bâtiments publics accaparés par des acteurs publics au point où le gouvernement peine à loger ses propres ministres; des gouverneurs de la Banque centrale détournant plusieurs centaines de milliards de GNF et plusieurs dizaines de tonne d’or; des ministres devenus promoteurs immobiliers surfacturant à des dizaines de milliers d’Euro par mois des loyers à l’État; une autre ministre empochant tout simplement le budget du ministère de l’Enseignement Technique et de la formation professionnelle; des responsables d’agences publiques, telles que celle pour la promotion du logement, celle pour le développement local, ou même celle pour la lutte contre la corruption, sont pris la main dans le sac; même des ex-premiers ministres n’y échappent pas … et ça n’en finit pas!

Depuis le 5 septembre donc, le pauvre Guinéen découvre les yeux agars et la bouche bé l’insolence de la corruption des élites dirigeantes qui est la première cause de leur extrême pauvreté et de la faillite économique et morale de la Guinée. Alors le CNRD agit. D’ex-grandes figures  dirigeantes sont écrouées et d’autres sont interdites de sortie du territoire national pendant que les investigations sont en cours. Et un procès est attendu à partir du 11 avril 2022 : « le procès des gangs à col blanc ». C’est un procès pour l’histoire. Les accusés, ayant occupé des positions de responsabilité, doivent rendre des comptes. Les populations guinéennes ont le droit de savoir comment leurs ressources publiques, ainsi que celles de son riche sous-sol, ont été géré. Le CNRD adopte une approche modérée dans son ambition de moralisation de la vie publique, car il est utile de rappeler que le Capitaine Rawlings du Ghana était beaucoup moins patient parce qu'il avait procédé à l’exécution sommaire des élites corrompues afin de définitivement faire passer clairement le message selon lequel « on ne vient pas au gouvernement pour s’enrichir et s’accaparer des biens de l’État; mais plutôt pour servir et donner tout ce qu’on peut pour l’intérêt général ». Depuis lors, au Ghana, en matière de moralisation de la vie publique, on peut dire que ça va beaucoup mieux. Le Colonel Mamadi Doumbouya a choisi la transparence et la JUSTICE. À ce stade il est donc très important que toute la société guinéenne assume ses responsabilités car, tout seul, le CNRD ne peut pas tout faire:

  1. Nos vaillants magistrats : faire un travail magistral, transparent, impartial et pédagogique comme l’avait fait à son époque l’illustre Maître Doura Chérif et son collège;
  2. Les médias publics, privés et ruraux : médiatiser au maximum et de façon impartiale et pédagogique les audiences du procès des gangs à col blanc;
  3. Les parents et la société civile : se saisir de l’audience du procès des gangs à col blanc pour éduquer nos enfants et nos ami(e)s sur les méfaits de la corruption. Ne plus jamais cautionner la corruption même si ce sont nos plus proches qui sont impliqués. Il faut que ce changement de mentalité commence par une génération. C’est la nôtre et c’est maintenant ou jamais; 
  4. Les partis politiques: le procès des gangs à col blanc et la récupération des biens de l’État ne sont pas contradictoires avec les Assises nationales car l’un des objectifs des assises est de se regarder dans les yeux pour nous dire la vérité. La première vérité est qu’il est plus que jamais temps de mettre un terme définitif à cette corruption ravageuse pour notre nation. Ainsi, à défaut de se voire condamner sans appel par l’histoire, les politiciens ont la responsabilité de soutenir publiquement les efforts de moralisation de la vie publique et d’éviter totalement la politisation des actions anti-corruptions;
  5. Les gouvernants actuels et prochains : s’inscrire dans la logique irréversible des actions entreprises par le CNRD pour la moralisation de la vie publique. Votre valeur sera reconnue par votre capacité à donner tout ce que vous pouvez pour l’intérêt général;
  6. La jeunesse guinéenne : ne jamais préférer le chemin de la facilité. Quelque soit votre envie de réussir, il ne faut jamais envier et prendre pour modèle un voleur car le voleur n’a qu’une seule vocation : se cacher toute sa vie jusqu’au jour où il sera appréhendé et jeté en prison. Faites plutôt comme vos consœurs et confrères du Ghana. Il sera encore difficile pour un moment en Guinée, mais formez-vous et saisissez les opportunités d’emploi qui résulteront prochainement de l’impulsion économique grâce à la moralisation de la vie publique; et 
  7. Le CNRD : protégez-vous vous-même et apportez tout le soutien logistique et financier nécessaire aux magistrats afin qu’ils puissent faire leur travail de façon convenable.

Ce qui nous a manqué ces dernières décennies, c’est d’avoir à la tête de notre pays des patriotes désintéressés qui aiment la Guinée et les Guinéens. Aujourd’hui le Destin nous offre enfin le Colonel Mamadi Doumbouya et le CNRD. Mais encore une fois, à tout seul, le CNRD ne réussira pas à relever le défi. C’est seulement si chaque composante de notre nation joue pleinement son rôle au cours de cette transition que nous réussirons ensemble avec le CNRD à changer définitivement les mentalités et les pratiques en matière de gouvernance en Guinée. Que n’avons-nous jamais cessé de prier pour les jours de JUSTICE en Guinée?! Le destin nous donne cette chance aujourd’hui : saisissons-là et réclamons JUSTICE JUSTICE JUSTICE!

« Que Dieu protège le CNRD et accorde à ses dirigeants la sérénité pour éviter les excès, la lucidité de pouvoir à tout instant distinguer le bien du mal, et la force de toujours pouvoir agir pour l’intérêt général ».

M.O.D

Tag(s) : #Africa, #Afrique, #Guinée, #Afrique de l'Ouest